REUNION DE SECTION NOVEMBRE 2013


COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DE LA SECTION CORÉE DES CONSEILLERS DU COMMERCE EXTÉRIEUR DE LA FRANCE DU 21 NOVEMBRE 2013

1. Point du service économique

Commerce bilatéral

Sur les 9 premiers mois de l’année, les exportations françaises vers la Corée ressortent en hausse de 23%, principalement en raison des bonnes performances de nos ventes dans le secteur de l’aéronautique. Il convient par ailleurs de souligner la bonne tenue des exportations dans les postes équipements mécaniques, matériel de transport, produits chimiques, parfums et cosmétiques (+9% au global pour ce poste), avec en particulier une progression de +2% pour les cosmétiques. Le secteur agroalimentaire s’inscrit toutefois en baisse de 10% par rapport à la même période de l’année dernière. En revanche, sur le poste agricole, à signaler une percée des exportations de céréales sans OGM qui représentent désormais un volume d’export de 60 millions d’euros. Les importations de la France depuis la Corée affichent, pour leur part, une contraction de 10,7% en glissement annuel sur les 9 premiers mois de l’année. Ce chiffre, à la baisse, établi d’après les douanes françaises s’explique en partie par un effet de base, celles ci ayant intégrées en 2012 une location longue durée d’une plate forme pétrolière comme une exportation sud-coréenne (ce que ne font pas les douanes coréennes). A l’exception de l’électronique qui continue à sortir du lot, les importations de la France depuis la Corée ressortent en baisse sur des postes comme l’automobile et les chantiers navals. Au global, la France enregistre avec la Corée un solde excédentaire de 80 millions d’euros, ce qui constitue une bonne nouvelle puisque le solde de nos échanges affichait un déficit de 800 millions d’euros à la même période l’année dernière.

 

Accès au marché

Tous les groupes de travail entre la Corée et ses partenaires européens se sont réunis en 2013, à l’exception de celui concernant les marchés publics du fait d’insuffisance de problèmes aux yeux de la Commission, qui peine à convaincre les Coréens d’organiser une réunion sur le sujet. Les priorités données pour les prochains mois concernent les secteurs comme la pharmacie, l’automobile, les cosmétiques - notamment au niveau technique - ainsi que les services financiers. Il est par ailleurs à noter que des demandes de modification de l’ALE entre la Corée et l’Union européenne ont été formulées par l’UE dans les domaines suivants :

l’utilisation des hubs régionaux (Singapour, Hong Kong) pour bénéficier des baisses de tarifs douaniers mais cette demande a fait l’objet d’un refus côté coréen ;
l’exonération des droits de douane sur la réimportation d’Europe des pièces aéronautiques ; refus coréen également.
Une autre demande concernant une barrière non tarifaire et ayant trait au marquage individuel des pièces détachées dans le domaine automobile a été formulée avec insistance mais seul un compromis avec un étiquetage a pu être trouvé à ce stade.


2. Tour de table

Juridique

En matière de droit du travail, les principaux sujets d’actualité ont concerné les enquêtes de vérification des conditions de travail, en particulier dans des centres d’appels afin de lutter contre le stress au travail, ainsi que sur la sous-traitance illégale.

Secteur aérien

L’aéroport d’Incheon se lance dans la desserte ferroviaire. KTX va relier Incheon à Busan en 2 heures 50. La mise en service est prévue à fin décembre 2013.

Aéronautique

Rien de particulier côté français pour EADS. 

Banque

Les principales tendances évoquées lors de la précédente réunion se poursuivent. Faisant suite à l’annonce de Standard Chartered d’un write-off pour 1 milliard de dollars pour ses opérations en Corée, Citibank a fait part de la fermeture du quart de son réseau bancaire. Ces annonces sont l’illustration de la baisse de la profitabilité de l’activité bancaire en Corée. Sur le plan monétaire, la Banque centrale a opéré des interventions massives pour éviter de passer en dessous du seuil de 1060 wons pour un dollar. Sur le plan industriel, certains conglomérats de moyenne catégorie font toujours l’objet de difficultés financières.

 Construction 

La restructuration en cours du marché de la construction a eu pour effet de réduire le nombre de constructions d’appartements. Face à la tendance à la baisse des marchés publics, il est intéressant de noter la mise à l’écart pendant 15 mois de nombreux groupes ayant participé au projet des 4 rivières. Pour restimuler le marché, le gouvernement a proposé une refonte de la property tax afin de soutenir le nombre de transactions. Certaines collectivités locales sont en effet fortement impactées par la baisse du nombre de transactions - qui a fondu de moitié entre 2011 et 2012 - et les moindres recettes fiscales qui en découlent. Les rares améliorations du secteur de la construction sont concentrées dans les grandes zones industrielles comme Anseong, Oseong, Icheon et Daegu.

Hôtellerie

Le projet d’integrated resort devrait faire l’objet d’évolutions dans les prochaines semaines. En l’absence de réponses des autorités coréennes, ce projet de plusieurs milliards de dollars d’investissement se fera au Japon. Le démarrage du projet serait prévu au plus tôt à l’été 2014.

Luxe

Peu d’évolutions sont à souligner par rapport aux mois précédents. Le marché est globalement stable et les grands magasins ont opéré en novembre des prestige days en proposant notamment des achats sur 10 mois sans le paiement d’intérêts.

Digital

La politique d’ouverture des grands groupes coréens se poursuit dans le cadre de leurs appels d’offre puisqu’ils sollicitent davantage des agences de taille intermédiaire alors qu’ils passaient traditionnellement par les agences intégrées au sein de leur entité.

Energie – eau - environnement

Les municipalités ne disposent plus de budget pour la conduite de nouveaux projets. L’évolution des normes pour l’énergie pour le bio-waste devrait avoir des conséquences pour la Corée, un des seuls pays de l’OCDE à encore rejeter des boues en mer.