Compte rendu de la réunion de la section Corée Des Conseillers duCommerce Extérieur de la France Du 19 décembre 2012

1)     Point du service économique


Election présidentielle


Le service économique a fait une analyse des programmes des deux. Les programmes ne différent pas de façon majeure (cendre-droit vs. centre gauche). Un certain nombre de tendances communes sont à noter :

-       démocratisation économique qui tire sa légitimité de l’article 119 de la constitution (rôle de l’Etat pour une juste répartition des revenus)

-       protection accrue des ménages (en particulier face au surendettement) et renforcement de l’Etat providence

-       aide aux PME et tentatives pour limiter le pouvoir des Chaebols.

Aucun des candidats n’est très clair sur le chiffrage des mesures ni sur les financements, avec une hausse probable de la TVA et des économies budgétaires (surtout Park) et Moon qui propose aussi une augmentation de l’impôt sur les sociétés ou la fin des niches fiscales).



D’une façon générale, Moon est plus interventionniste et Park est plus en faveur d’un rôle régulateur  de l’Etat.


Echanges commerciaux France-Coree résultats provisoires sur 10 mois


1 Milliard EUR de déficit depuis le début de l’année mais équilibre si l’on exclut la location longue durée (comptée export) d’un navire coréen à Shell. Les livraisons aéronautiques sont en baisse de 70% mais les exportations hors aéronautique progressent de 4%, ce qui n’est pas si mal dans un contexte économique difficile. L’impact de l’ALE est visible sur les produits agricoles (+150%), alimentaires (+7%), notamment les produits laitiers ou encore les équipements électriques, ménagers et industriels (+33%) Les biens de consommation progressent de 20%, la Pharmacie baisse de 37% (baisse des prix, concurrence générique).


Plan export


L’étude approfondie des couples pays / produits a conduit à la définition de 4 priorités pour les actions de soutien à l’export, dans le contexte des tendances de fond suivante: classes moyennes émergentes dans les pays en développement, vieillissement de la population, urbanisation.

-       Mieux se nourrir (alimentation, mais aussi qualité, sécurité, diététique…)

-       Mieux se soigner (pharmacie et parapharmacie, équipements médicaux, services...)

-       Mieux communiquer (logiciel, numérique embarqué, sécurité des transactions…)

-       Mieux vivre en ville (environnement, transport, habitat…).

La Corée est sélectionnée comme pays prioritaire pour les 3 premières priorités, pas sur la quatrième qui cible plus les grands pays émergents. Cela n’empêchera pas de mener des actions ciblées.

Les leviers d’action de ce plan export seront:

-       Augmentation des financements export, en particulier les financements directs

-       Augmentation de 25% des VIE

-       La nouvelle Banque Publique d’Investissement devra aider 1000 PME et ETI sur 5 ans

-       Des plans d’action stratégiques par filière

-       Un plan d’internationalisation des entreprises des régions

-       Nominations de référents Ubifrance pour les 4 priorités

-       Un plan d’action PME par les pôles de compétitivité

-       AFI concentrera 35% de son action à attirer les investissements étrangers dans ces 4 secteurs.

Discussion: mettre tous les acteurs ensemble pour engager au moins une action majeure par secteur en Coree en 2013.


2)    Tour de table



Bien de consommation / luxe / cosmétiques


Fort ralentissement de la croissance du marché cosmétique de 6.9% en 2011 à 1.9% en 2012.

-       Evolution de la distribution des circuits luxe (département stores…) vers de nouveaux canaux beaucoup plus promotionnels (brand shops, modern drugstores) avec des produits moins chers et souvent locaux

-       Bonne croissance du marché en volume mais produits moins chers

-       Les circuits professionnels (coiffure, dermatologie) restent mieux protégés de la crise.

L’environnement du marché cosmétique reste difficile : contraintes règlementaires sur l’emballage, limitation des « claims » possibles, campagne de presse contre les produits étrangers (rapport qualité / prix) …



Dans la lunetterie, certains clients ont des difficultés à payer leurs fournisseurs.



La santé du duty free reste insolente avec 23% de croissance en 2012. Le marché est désormais partagé 1/3 Coréens, 1/3 Japonais et 1/3 Chinois. Forte croissance de ces derniers alors que les clients coréens voyagent mais achètent peu et que les Japonais achètent moins cher.

13 projets de duty free en dehors de Seoul, Pusan et Jeju. Yeux tournés vers le nouvel appel d’offre d’Incheon (pour 2014, mais aussi le nouveau terminal 3 en 2017) avec 40% de surface supplémentaire. Jeju s’affirme de plus en plus comme destination privilégiée des touristes chinois qui peuvent y arriver sans visa préalable.


Energie – Eau - environnement


La croissance du marché local de pétrochimie est nulle contre 2% en 2011. Les exports se portent bien avec une certaine reprise d’activité en Chine. Certains produits sont en pénurie, ce qui tire les prix.


Transport et défense


L’appel d’offre pour la vente de KAI est encore reporté avec le désistement de KAL (attente de la nouvelle administration), car il faut deux offres au moins et seul Hyundai est sur les rangs.



La mise en place de la taxe carbone en Europe est gelée et l’OACI (Organisation Internationale qui dépend des nations Unies) est chargée de proposer une solution internationale équitable.

Les low cost carriers représentent 50% du transport aérien local en Coree et 8% du trafic international (surtout vers le Japon). Le marché fret coréen reste mauvais sans perspective de reprise.

Fortes restructurations du transport aérien en Europe (moins 24,000 emplois) malgré des perspectives de croissance de 5% du transport aérien mondial sur les prochaines années. L’enjeu est un enjeu de compétitivité, même pour les entreprises plutôt bien portantes comme Lufthansa.




Secteur financier


Apres le départ de Coree de la branche asset management de Goldman Sachs, les autorités coréennes semblent inquiètes de plus de retraits alors qu’elles veulent faire de Seoul une place financière internationale.

La banque de Coree a maintenu le taux directeur, par attentisme avant les élections, malgré un essoufflement de la croissance et une inquiétude sur le renforcement du won (cumulé à une baisse rapide du yen).


Ubifrance


Forte croissance des opérations collectives en 2012. Ubifrance circulera le programme conjoint Japon / Coree / Taiwan avec un certain nombre d’opérations multi-pays.

Operations phare du premier trimestre 2013 :

-       Pétrochimie

-       Efficacité énergétique des bâtiments

-       Mission en France d’acheteurs coréens dans le secteur agricole

-       Opération élevage (première tentative dans ce secteur).


Automobile


Le marché est stable malgré la crise grâce à des mesures de soutien. Cela laisse présager d’une situation difficile début 2013 avec éventuellement une reprise au second semestre. Le marché coréen est le plus compétitif au monde avec 4% de la valeur d’achat d’un véhicule offert en options.

L’évolution des taux de change est un facteur critique pour l’industrie.


Construction / immobilier


Pas de chiffre disponible en cette période électorale (d’autant que le marché est morose). Mais 2013 pourrait être pire car les carnets de commande sont vides et il faudra un certain temps pour repartir.

Seul le secteur des business hôtels (2 à 3 Etoiles) est en plein boom.

Le Maire de Seoul peine avec l’héritage des projets non rentables de la mairie précédente, en particulier iles flottantes sur la rivière Han (toujours pas de solution en vue) et Dongdaemun Plazza reconvertie d’un centre de design en centre commercial et de congrès.

100 constructeurs sont en redressement financier dont Ssanyoung et Alpensia (qui construit le futur village olympique).


Pharmacie / santé


Evolution des canaux de distribution dans le secteur de la parapharmacie aussi, en particulier avec une explosion du télé-achat.

La KFTC a décidé d’imposer un contrat modèle standard sur les accords de Co-marketing et Co-promotion entre entreprises étrangères et coréennes. L’industrie se mobilise contre cette initiative inadaptée à la complexité des modèles de partenariat dans la Pharmacie.  Cette tendance est inquiétante et pourrait s’étendre à d’autres secteurs dans le futur.