Compte rendu de la réunion de la section Corée des Conseillers duCommerce Extérieur de la France du 18 Juillet 2012

La section Corée des conseillers du commerce extérieur s’est réunie le 18 juillet 2012 dans les locaux du service économique.

 1)       Point du service économique (B. Gauthier)




  1. Situation économique


i. La banque centrale a baissé son taux directeur de 0.25%, de 3.25% à 3%. Le taux pourrait encore descendre de 0.25% supplémentaire prochainement. La raison donnée par la banque est le ralentissement de la croissance coréenne dans un contexte global de plus en plus incertain. A la crise en Europe se rajoute un affaiblissement de la croissance en Chine et maintenant des nuages sur l’économie américaine (baisse de la consommation, hausse du chômage).

ii. Les exportations coréennes n’ont cru que de 0.7% au premier semestre 2012 par rapport à l’année précédente. Les exportations vers l’Europe baissent de 16% mais plus préoccupant encore les exportations vers la Chine enregistrent -0.7%. Par secteur : Naval (-20%), Télécommunications (-3%), Semi-conducteurs (-2%) mais Automobile + 15%, Pétrole (produits raffines) + 11% et Acier + 6%. Hyundai dépasse désormais Toyota aux Etats-Unis.

iii. La consommation progresse encore de 5%, mais marque un ralentissement rapide. La consommation est tirée par les dépenses publiques orientées vers le social en cette année électorale (l’objectif du gouvernement est de dépenser 2/3 du budget dans la première partie de l’année.

iv.  L’inflation est désormais descendue à 2%, ce qui rend le taux d’intérêt réel positif et permet de réduire le taux directeur avec moins de crainte de relancer l’inflation.

v.  La baisse des taux présente cependant quelques risques : accélérer encore plus l’endettement des ménages  et créer des tensions inflationnistes qui se traduiront par une intervention sans doute accrue des pouvoirs publics sur le contrôle des prix.

vi. On remarque une orientation des entreprises coréennes à porter une grande attention à leur trésorerie ; tendance très claire pour les entreprises publiques (souvent très endettées), plus contrastée pour les groupes prives. Comme la liquidité n’est pas un problème, c’est peut-être le cout de l’argent qui motive ce changement de comportement.


2) Missions et évènements à venir


i. Mission de la robotique lyonnaise du 24 au 27 Octobre

ii. Mission de la ville de Lyon (dirigée par le premier vice-président de la communauté urbaine) au même moment, et qui pourrait précéder une visite du Maire de Lyon en janvier 2013. J.M. Arnaud se porte volontaire pour contribuer si besoin, en raison de la forte présence du groupe Sanofi en région lyonnaise.

iii.  La Ministre Fleur Pellerin viendrait en Coree du 10 au 14 décembre à l’occasion d’un French Tech Tour organise par Ubifrance ; un atelier haut niveau numérique serait ensuite organise en France (Assemblée Nationale ?) en Avril 2013.

2)       Tour de table


Energie / environnement


i.  Discussion animée et très politique sur le prix de l’électricité. KEPCO demande +20%, qui serait nécessaire pour retourner dans le vert (maintenant, seulement 90% des couts de KEPCO sont couverts) mais le gouvernement n’est pas prêt à  accepter en période de crise et pré-électorale. L’augmentation prévisible aux environs de 5% ne règlera pas les problèmes de KEPCO qui se voit maintenant exclure de certains appels d’offre internationaux pour mauvaise santé financière.

ii. Incertitude sur les projets de KEPCO en Coree. Retour des acteurs japonais sur les projets de centrales à travers le monde qui déplace les acteurs coréens. Par contre, les ingénieries coréennes restent très fortes sur les projets pétrochimiques.

Construction


i. Le prix des appartements est en baisse de 1.38% et la tendance devrait continuer, ceci malgré un impressionnant ensemble de mesures de soutien. Cela montre un problème structurel alarmant. La crise touche surtout le haut de gamme, les petits appartements pour la location marchant mieux (mais avec des difficultés de financement).

ii. L’immobilier de bureau se tient bien par contre (à part une crise passagère sur le Nord de Seoul (CBD) en raison d’une arrivée soudaine d’immeubles neufs). De grands projets sont abandonnés (comme la tour de 600 mètres a digital city), faute de ressources.

iii. Le tourisme continue de bien marcher, en particulier les hôtels moyen-de-gamme.

iv. La plupart des projets développés par les gouvernements locaux perdent de l’argent ; c’est le cas de Yeosu (expo), Incheon (jeux asiatiques) et des iles flottantes de Seoul, toujours fermées. La « nouvelle capitale » de Sejeong est quasi-vide ; les fonctionnaires qui vont y être décentralisés feront l’aller-retour sur Seoul tous les week-ends…

v. Dans ce contexte coréen plutôt morose, les gros constructeurs se jettent sur les marches étrangers mais souvent à perte et faisant face à une concurrence rude. Les petits constructeurs coréens sont en grande difficulté avec des faillites.

Luxe


i. Le marché est nettement moins dynamique que l’année précédente. Les cosmétiques sont en croissance négative ainsi que la mode avec des marques entre -10 et -30% alors que d’autres tirent leur épingle du jeu. Les grands magasins sont aussi en baisse et accumulent les soldes ou offres spéciales.

ii. La joaillerie / montre de luxe se porte mieux (+ 0 à 20% selon les marques) mais un essoufflement très net est constaté depuis mai ; les achats majeurs sont différés ; même les clients les plus riches comparent les prix entre boutiques. Le marché lie au mariage reste solide.

iii. Le duty free continue d’échapper à la crise mais alors que le volume augmente fortement, le panier moyen est en baisse. Une partie des achats est aussi transférée de l’Asie vers l’Europe avec la baisse de l’Euro.

Juridique


i.  Les autorités douanières (Korea Customs Service ou KCS) ont annoncé le 2 juillet dernier la mise en place d’un système de contrôle approfondi des prix d’importation déclarés par les sociétés importatrices coréennes lors de leurs transactions avec les exportateurs étrangers avec lesquels elles bénéficient d’une relation privilégiée. L’objectif est de lutter contre la sous-évaluation des tarifs douaniers et/ou l’évasion douanière. Cela implique (i) la mise en place d’un contrôle  accru des transactions entre les sociétés coréennes importatrices et les sociétés étrangères exportatrices qui leur sont affiliées (documentation sur les transactions de change, informations financières, prix de transfert, etc.) et (ii) un audit douanier, si les opérations de surveillance en démontrent l’utilité.

ii.  Sous-traitance illégale : selon une jurisprudence constante, en cas de contrôle et supervision directs par une entreprise sur l’employé de son sous-traitant pendant 2 ans et donc de sous-traitance illégale, l’entreprise a l’obligation d’embaucher directement le salarié concerné. Avec l’entrée en vigueur le 2 aout 2012 de nouvelles dispositions de droit du travail, en cas de sous-traitance illégale, cette obligation d’embauche directement par l’entreprise principale est immédiate (disparition du critère jurisprudentiel de 2 ans de service). En cas de manquement à cette obligation, les responsabilités civile et pénale de l’entreprise peuvent être engagées.

 Consommation


i. Depuis octobre 2011, le marché des lunettes est en baisse de volume mais avec un transfert sur les marques à plus forte valeur ajoutée. Le mois de juillet est très faible (l’effet météo amplifie)

ii. Les “special Olympics” (jeux olympiques pour handicapés mentaux) se dérouleront à Pyongchang en février 2013. Essilor est un sponsor global.

Ubifrance


i. Le programme 2013 (à valider avec le Ministre) comprend 27 projets contre 24 en 2012.

ii.  Un projet à signaler est une mission centrée sur les équipements sportifs dans le cadre des appels d’offre à venir pour les jeux olympiques d’hiver.